Luttes de classes au Brésil, présentation de INTERSINDICAL

Le développement considérable du prolétariat à l’échelle mondiale s’accompagne de luttes ouvrières très dures (textile au Cambodge et Bangladesh, mineurs et métallos en Afrique du Sud, métallos et diverses catégories au Brésil …). Cette montée en puissance du mouvement ouvrier, confronté à une répression patronale et étatique extrêmement violente rend nécessaire la recomposition d’organismes de classe capables de s’opposer frontalement au capital et à ses représentations politiques (Etats, partis, syndicats de gouvernement…), organisations qui revendiquent clairement l’abolition du mode de production capitaliste. En Afrique du Sud, au Brésil, sans doute dans d’autres aires, des scissions ou émergences de nouvelles forces qui s’opposent aux syndicats officiels, jaunes et corrompus [1], témoignent de cette tendance à la ré-émergence d’un prolétariat combatif, cherchant à défendre ses intérêts en dehors de toute compromission avec les forces capitalistes.

Au Brésil, « INTERSINDICAL, instrument de lutte et d’organisation de la classe travailleuse » incarne ce mouvement de reprise d’une expression autonome, radicale, ancrée dans la lutte des classes et luttant pour la destruction du capital et la venue d’une société socialiste.

Ce mouvement est en forte et rapide expansion dans tout le Brésil à partir de son berceau historique qui est l’état de São Paulo. INTERSINDICAL n’est pas constituée en centrale, mais les sections et les oppositions syndicales regroupent, en 2014, plus de 200.000 prolétaires de différentes branches d’industrie et service (métallurgie, automobile, transformation alimentaire, poste, banques, professeurs…)

Nous publions la traduction en français d’un texte de présentation rédigé par INTERSINDICAL à destination de prolétaires et de militants en dehors du Brésil, dans le but d’accroître toujours plus la connaissance mutuelle et les liens qui doivent se renforcer à l’échelle internationale entre prolétaires en lutte.

LIRE ICI LA PRESENTATION EN FRANCAIS : IS_Français

 http://intersindical.org.br/

http://www.facebook.com/intersindical.luta.organizacao

[1] Il est fait allusion dans le texte à « l’impôt syndical » : dans les années 1940, le gouvernement autoritaire de Getulio Vargas crée une « cotisation syndicale obligatoire » prélevée sur le salaire de chaque ouvrier (représentant une journée de salaire par an) qui permet le financement des syndicats. L’argent est prélevé par l’entreprise, reversé à l’Etat qui ensuite le reverse aux syndicats en fonction de leur représentativité. Cette pratique héritée du corporatisme Vargiste nourrit toute une pratique syndicale parfaitement mafieuse, de micro-organisations payées par l’argent public et qui se mettent au service du patronat pour en exécuter les basses œuvres et museler les ouvrières et ouvriers. Les camarades d’INTERSINDICAL ont régulièrement à s’affronter avec ces mafias.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s