Actualités de la prévision du cycle des crises

Comme cela a été annoncé à la parution (mai 2016) de notre livre  » Le cycle des crises aux États-unis depuis 1929″ (Éditions  l’Harmattan –http://bit.ly/29GXuuP), nous profiterons de chaque publication trimestrielle des chiffres-clés (États-Unis) qui servent de base à notre démonstration pour publier une actualisation de l’étude.
Le texte qui a été mis en ligne début juillet sur notre site www.robingoodfellow.info prend en compte la sortie des statistiques de juin. Il répond aussi à certaines critiques ou commentaires qui nous ont été adressés, ainsi qu’à des prises de position sur le cycle actuel des crises, avec lesquels nous divergeons.
Rappelons aux esprits chagrins et faussement caustiques que Robin Goodfellow ne s’intéresse pas en tant que tels aux mouvements de la bourse mais cherche à affiner la prévision de la venue de la prochaine crise mondiale de surproduction, laquelle se déroule dans les profondeurs de la production capitaliste et ravage tout sur son passage. Nous n’en attendons pas  mécaniquement une reprise de la lutte mondiale du prolétariat pour son émancipation, mais bien une déstabilisation profonde du développement du capital, des rapports de force entre États, de l’équilibre des classes au sein des États. Si la théorie, y compris dans ses aspects les plus ardus, doit être un guide pour l’action, la capacité à ne pas se laisser surprendre par les événements est un atout pour le camp révolutionnaire. En outre, tout ce qui contribue à montrer la supériorité de la critique de l’économie politique sur toutes les formes d’économie bourgeoise (y compris dans ses variantes réformistes et gauchistes) et donc manifeste la supériorité du marxisme sur les idéologies, contribue à renforcer la théorie révolutionnaire toute entière.

TEXTE : crise_usa

Cycles économiques et prévision des crises de surproduction.

Les médias bourgeois bruissent, depuis la fin de l’année 2015, d’annonces d’une crise mondiale imminente, se faisant ainsi l’écho de positions d’économistes universitaires ou employés par les banques ou agences d’analyse financière. Les organes gauchistes ou même révolutionnaires (Critica da Economia, MundiWar au Brésil, Voix des Travailleurs en France…) reprennent ces antiennes en évoquant la crise qui vient, voire en la considérant comme déjà en cours (ce qui est vrai pour le Brésil, la Russie et d’autres pays, mais pas pour les Etats-Unis ni pour l’économie mondiale considérée globalement).

Qu’en est-il exactement ?

LIRE le PDF :  RG_Prévision_crise_mars2016